Accueil / Phonétique / Virelangues / Consonnes / Les virelangues – les imprononçables

Les virelangues – les imprononçables

 

 

Tout le monde a un jour essayé de répéter le plus rapidement et le plus longtemps possible ces suites de mots, souvent insolites : « Un chasseur sachant chasser… » ou « Les chaussettes de l’archiduchesse…”. C’est divertissant mais pas évident.

A un moment donné la phrase se déforme. Elle devient soudain inintelligible. Pourquoi est-il si compliqué de prononcer ces virelangues ?

Mais d’abord d’où vient cet étrange mot ? Ce néologisme est un calque du mot anglais « tongue twister “, littéralement : qui fait tordre la langue.

Un vrai défi, mais un défi plaisant et ludique, pour tous les gourmands de mots et de sons… A vous de jouer !

Testez votre prononciation

• Chat vit rôt chaud,
• Rôt tenta chat,
• Chat mit patte à rôt,
• Rôt brûla patte à chat,
• Chat lâcha rôt.
• La chanson Méli Mélodie, de Boby Lapointe est quasiment exclusivement composée de virelangues.
Extrait:
      …Dînant d’amibes amidonnées
         Mais même amidonnée l’amibe
         Même l’amibe malhabile
         Emmiellée dans la bile humide
         L’amibe, ami, mine le bide… 2
• Les chaussettes de l’archi-duchesse, sont-elles sèches ou archi-sèches ?
• Ces six chauds chocolats-ci sont-ils aussi chauds quand ces six chocolats-là font leurs shows ?
• Ah !, pourquoi, Pépita, sans répit m’épies-tu ? Dans les bois, Pépita, pourquoi te tapis-tu ? Tu m’épies sans pitié ! C’est piteux de m’épier ! De m’épier, Pépita, saurais-tu te passer ?
• As-tu vu le ver vert allant vers le verre en verre vert ?
• Je veux et j’exige d’exquises excuses !
• Pourquoi les Alliés ne se désolidariseraient-ils pas si l’on annonçait unilatéralement la démilitarisation universelle ?
• Un comte comptant ses comptes, content de son comté, raconte un conte, d’un comte con comptant des comptes mécontents, en contant un conte contant un comte con mécontent se contentant d’un compte con en mangeant son comté.
• Blés brûlaient, brûlent les blés.
• La blatte près du plat de pâtes.
• Sans souci six sangsues suçant au sang six cents sots. Variantes :
• Cent sangsues sans sang sucent son sang.
• Si ces six cent six sangsues sont sans sucer son sang, ces six cent six sangsues sont sans succès.
• Si six sangsues sont sur son sein sans sucer son sang, ces six sangsues sont sans souci.
• Si ces six sangsues sont sur ses sourcils sans sucer son sang, c’est qu’ces six sangsues sont sans souci.
• Ces cyprès sont si loin qu’on ne sait si c’en sont. Variantes :
• Ces saucissons-ci sont si secs qu’on ne sait si c’en sont !
• Ces 6 saucissons-ci sont si secs qu’on sait sûr que c’en sont
• Si six scies scient six cyprès, six cent six scies scient six cent six cyprès. Variantes :
• Si six scies scient six cyprès, combien scient six cent six scies ?
• Si six scies scient six cyprès, alors six cent six scies scieront six cent six cyprès.
• Si six cents scies scient six cents cyprès, six cents cyprès seront sciés.
• Si Sissi scie Sissi, Sissi est sciée.
• On s’tait caché pour charcuter mon steak haché auprès duquel on s’tait caché.
• Chez les Papous, il y a des Papous papas et des Papous pas papas. Il y a des poux chez les Papous, et il y a donc des Papous papas à poux, des Papous papas pas à poux, des Papous pas papas à poux et des papous pas papas pas à poux. Mais parmi les poux, il y a les poux papas et les poux pas papas. Il y a donc des Papous papas à poux papas, des Papous papas à poux pas papas, des Papous papas pas à poux, des Papous pas papas à poux papas, des Papous pas papas à poux pas papas et des Papous pas papas pas à poux… (D’après Franquin dans un album de Gaston Lagaffe)
• Cinq saints sains de corps et d’esprit et ceints de leur cordon, portaient sur leur sein le seing de leur Saint-Père.
• Combien sont ces six saucissons-ci ? Ces six saucissons-ci sont six sous3. Variantes :
– Bonjour Madame sans soucis, combien sont ces 606 saucissons-ci ? Ces 606 saucissons-ci sont 606 sous. Si ces 606 saucissons-ci sont 606 sous, ces 606 saucissons-ci sont 606 sous trop chers !
• J’ai vu six sots suçant six cent six saucisses, dont six en sauce et six cents sans sauce3.
• Six cent six Suisses sucent six cent six saucisses : six sans sauce et six cent saucées.
• Si 606 Suisses sucent 606 saucisses, ces 6 en sont sans sauce et ces 600 sont saucées.
• Si six scies scient six saucissons, six cent six scies scient six cent six saucissons.
• Les mêmes, avec citrons, cyprès, Sissi…
• C’est honteux mais tentant de téter les tétons de tata quand tonton n’est pas la
• Doit-on dire : seize sèches chaises, ou bien seize chaises sèches ?
• Didon dîna dit-on du dos d’un dodu dindon, mais si Didon dîna du dos de ce dodu dindon, c’est que le dos dudit dindon céda aux doux et doctes coups de ladite Didon.
• Didon dîna, dit-on, du dos dodu d’un dodu dindon. Du dos dodu du dodu dindon dont Didon dîna, dit-on, il ne reste rien.
• Gros gras grand grain d’orge, tout gros-gras-grand-grain-d’orgerisé, quand te dé-gros-gras-grand-grain-d’orgeriseras-tu?
– Je me dé-gros-gras-grand-grain-d’orgeriserai quand tous les gros gras grands grains d’orge se seront dé-gros-gras-grand-grain-d’orgerisés.
• Dis-moi, petit pot de beurre, quand te dé-petit-pot-de-beurreriseras-tu ?
– Gros pot rond de beurre, je me dé-petit-pot-de-beurreriserai quand tous les petits pots de beurre se dé-petit-pot-de-beurreriseront. Et auront dégros-pots-rond-de-beurrerisé tous les gros pots ronds de beurre.
• Il était une fois,
• Une marchande de foie,
• Qui vendait du foie,
• Dans la ville de Foix.
• Elle se dit ma foi,
• C’est la première fois
• Et la dernière fois,
• Que je vends du foie,
• Dans la ville de Foix.
• Il m’eût plus plu qu’il n’eût plus plu.
• J’ai la bouche rouge et sèche.
• Je dis que tu l’as dit à Didi, ce que j’ai dit jeudi.
• Je suis un original qui ne se désoriginalisera jamais.
• Je veux et j’exige du jasmin et des jonquilles. Variantes :
• Je veux et j’exige Jésus chez Zachée.
• Je veux et j’exige que Jésus gise et songe chez Zachée.
• Je veux et j’exige de sages exégèses
• Kiki était cocotte, et Koko concasseur de cacao. Kiki la cocotte aimait beaucoup Koko le concasseur de cacao. Mais Kiki la cocotte convoitait un coquet caraco kaki à col de caracul. Koko le concasseur de cacao ne pouvait offrir à Kiki la cocotte qu’un coquet caraco kaki mais sans col de caracul. Or un marquis caracolant, caduc et cacochyme, conquis par les coquins quinquets de Kiki la cocotte, offrit à Kiki la cocotte un coquet caraco kaki à col de caracul. Quand Koko le concasseur de cacao l’apprit, que Kiki la cocotte avait reçu du marquis caracolant, caduc et cacochyme un coquet caraco kaki à col de caracul, il conclut : je clos mon caquet, je suis cocu ! — (Bernard Haller)
• La grosse cloche sonne. (« La grosse cochonne »)
• Tas de riz, tas de rats.
• Tas de riz tenta tas de rats.
• Tas de rats, tenté par tas de riz tentant, tâta tas de riz tentant.
• Variante :
• Tas de riz, tas de rats.
• Tas de riz tentant, tas de rats tentés.
• Tas de riz tentant tenta tas de rats tentés.
• Tas de rats tentés tâta tas de riz tentant.
• Autre variante :
• Tas de riz, tas de rats.
• Tas de riz tenta tas de rats.
• Tas de rats tenté, tâta tas de riz tentant.
• Encore une variante :
• Tas de riz, tas de rats.
• Tas de riz tenta tas de rats.
• Tas de rats tenté, tenta de tâter tas de riz tentant.
• Encore une variante :
• Tas de riz, tas de rats.
• Tas de riz tentant, tas de rats tentés.
• Tas de riz tentant tant t’as de rats tentés.
• Tas de rats tentés tant t’as de riz tentant.
• Encore une variante :
• Tas de riz, tas de rats.
• Tas de riz tenta tas de rats.
• Tas de ras tenté tâta tas de riz.
• Tu as un tas tentant tâté par un tas tenté.
• La jolie rose jaune de Josette jaunit dans le jardin.
• La vache mâche sans relâche dans le champ où le chien niche tout en léchant son chiot naissant.
• Lara râle-t-elle ? Oui, Lara râle après le rat roux en riant.
• L’assassin sur son sein suçait son sang sans cesse… Ciel ! Si ceci se sait, ces soins sont sans succès.
• Le fisc fixe et exige chaque taxe fixes et excessives exclusivement au luxe et à l’exquis.
• Les soldats se désolidarisèrent-ils ?
• L’eusses-tu cru que ton père fut là peint ? Il était trop homme de terre pour aimer l’état marin. (A lire à haute voix avec les liaisons : “Lustucru mon ami que ce père lapin fut trop pomme de terre pour aimer les tamarins”)
• Natacha n’attacha pas son chat Pacha qui s’échappa. Cela fâcha Sacha qui chassa Natacha.
• Papier, panier, piano.
• Pars à Paris, papa t’y paiera l’opéra.
• Pars à Paris parrain, t’y paieras l’opéra, car à part, parrain, je parie qu’aucun parent ne te paiera l’opéra à Paris.
• Pas de dessert dans le désert.
• Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? — (Racine)
• Qui sont ces six sages Suisses ?
• Rrose Sélavy et moi esquivons les ecchymoses des esquimaux aux mots exquis. — (Marcel Duchamp)
• Seize jacinthes sèchent dans seize sachets sales.
• Si ton tonton tond ton tonton, ton tonton tondu sera.
• Mange ton thon tonton et tond ton tonton !
• Si ta tata tasse ta tata, ta tata tassée sera.
• Ta tata tâta ta tata.
• Suis-je chez ce cher Serge ?
• Suis-je bien chez ce cher Serge ? Il fait si chaud chez ce cher Serge.
• Suis-je bien chez ce cher Serge ? Je cherche ce cher Serge.
• Suis-je bien chez ce cher Serge que je cherche ?
• Suis-je chez ce cher Serge, qui se sert en cierges chez son sergent-chef ?
• Je suis ce soir chez ce cher Serge.
• Je suis ce que je suis, mais je ne suis pas ce que je suis. Si j’étais ce que je suis, je ne serais pas ce que je suis. Qui suis-je.? (le berger qui suit son mouton qui est ce qu’il est, mais n’est pas ce qu’il suit)
• Tonton, ton thé t’a-t-il ôté ta toux ? disait la tortue au tatou.
— Mais pas du tout, dit le tatou, je tousse tant que l’on m’entend de Tahiti à Tombouctou.
— Oui, mon thé m’a ôté ma toux. Si ton thé t’a ôté ta toux, mon thé m’ôtera ma toux !
• Variante :
• Ton thé t’a-t-il ôté ta toux, demanda le matou tout tatoué au toutou tout tondu.
• Pruneau cuit, pruneau cru, pruneau cuit, pruneau cru, pruneau cuit…
• Truite cuite, truite crue…
• Trois petites truites cuites, trois petites truites crues.
• Trois tortues trottaient sur un toit trop étroit
• Un chasseur sachant chasser chasse sans son chien.
• Un chasseur sachant chasser doit savoir chasser sans son chien.
• Un chasseur sachant chasser le chat sauvage sans son chien est un bon chasseur.
• Un chasseur sachant chasser sans son chien est un bon chasseur qui fait sécher ses chaussettes sur une souche sèche.
• Un chasseur sachant chasser sait chasser sans son chien de chasse.
• Un chasseur sachant chasser sans son chien est un sacré chasseur.
• Un chasseur sachant chasser sans son chien est un bon chasseur.
• Un chasseur sachant chasser son chat sans son chien de chasse est un bon chasseur.
• Qu’un chasseur sachant chasser sur ses échasses sache chasser sans son chien de chasse !
• Un chasseur sachant chasser ne chasse jamais sans son chien.
• Un chasseur sachant chasser sans son chien, ça se chasse aussi, sachez-le !
• C’est un chasseur français sachant chasser sans chien, sachant chasser dans les branchages desséchés. C’est un chien sans chichi… — Le chien de Sacha, chanson de Gaston Ouvrard.
• Six chasseurs juchés sur six chaises, chuchotaient à ce chasseur malchanceux que ce chat se sauve sous les sauges sèches.
• Un dragon gradé dégrada un gradé dragon.
• Quelques calamars calquent quelque fois leurs coques en caquetant — (Les Aventuriers du Survivaure).
• Un pêcheur pêchait sous un pêcher mais le pêcher empêcha le pêcheur de pêcher.
• Variante :
• Un pêcheur péchait. Un pêcher empêchait le pêcheur de pécher. Le pêcheur pêchât le pêcher et le pêcher n’empêchât plus le pêcheur de pêcher.
• Vous qui macadamisez cette route, quand la démacadamiserez-vous ?
• Zazie causait avec sa cousine en cousant.
• Jeudi ça me dit. Je dis Samedi.
• Sam dit : « Samedi, ça me dit ! »
• Je viendrai si ça m’dit dimanche — (Madame Mado m’a dit, Boby Lapointe)
• Qu’a bu l’âne au quai ? — L’âne a bu l’eau.
• Qu’a bu l’âne au lac ? — L’âne au lac a bu l’eau.
• C’est quoi, la leçon à savoir ?
• La leçon à savoir, c’est :
• Si une saucisse et un saucisson sont ensemble secs, c’est sans un seul sens !
• Si c’est cette leçon-là à savoir, c’est super simple !
• Si le linoléum se délinoléumait, comment le relinoléumerait-on ?
• Le bois aboie quand je bois. — (Mais qui a tué Pamela Rose ?).
• J’ai bu un bien bon verre de bien bon vin blanc vieux.
• Fausse facture falsifiée pour s’en foutre plein les fouilles.
• Chou cru non, mais cornichons oui.
• Six souris sous six lits sourient sans soucis de six chats.
• Ici vos laitues naissent-elles ? Non, mais là mes navets naissent.
• Tes laitues naissent-elles ? Yes ! Si tes laitues naissent mes laitues naîtront.
• Sous un arbre vos laitues naissent-elles ? Si vos laitues naissent, mes laitues naissent.
• Trois tortues trottaient sur trois toits très étroits.
• Sacha, sage chasseur âgé au sang chaud, chasse un chat chauve.
• L’ouïe de l’oie de Louis a ouï. Ah oui ? Et qu’a ouï l’ouïe de l’oie de Louis ? Elle a ouï ce que toute oie oit. Et qu’oit toute oie ? Toute oie oit, quand mon chien aboie le soir au fond des bois, toute oie oit « ouah ouah », qu’elle oit, l’oie. – (Raymond Devos)
• C’est l’histoire d’un chercheur de diamant dans le Grand Nord. Parmi ses vêtements bien rangés, il attend le coup de téléphone d’une femme motorisée.
• Paul se pêle au Pôle dans les piles de pulls et de polos pâles.
• Pas plus d’appel de la poule à l’Opel que d’opale dans la pelle à Paul. — (Philippe Geluck)
• Les longs lilas de Lily, lient le lin loué à Lola. — (Les Aventuriers du Survivaure)
• Un archer sachant chasser sans sa chasseresse est un bon chasseur.
• Un papa pas sain passa et pinça un sapin sympa. — (Robin Alivry)
• La France se désolidarisera-t-elle ?
• La pipe au papa du pape Pie pue.
• L’abeille coule, l’abeille coule, l’abeille coule… (censé déraper vers “la belle couille”)
• Trois tortues trottaient sur trois toits très étroits.
• Le doigt dans le trou du fût, la main entre les caisses, le doigt dans le trou du fût,…
• 6 fûts, 6 caisses. Le doigt dans l’trou du fût, la main entre les caisses.
• Tonton Thomas tond la tomate au thon.
• Émilie qui rit cou, qui chie mou.
• Mes mémés m’aimaient mais pas papa.
• Qui crut qu’une crevette crue croquerait une crevette croquante ?
• Le lapin de papy lapit le pipeau poli qui pâlit pas loin. — (Les Aventuriers du Survivaure)
• Donnez-lui à minuit huit fruits cuits et si ces huit fruits cuits lui nuisent, donnez-lui huit fruits crus.
• Un chèque kitch, c’est chic. Un tchèque trotskiste ça choque.
• Alerte ! Arlette allaite Aylette.
• Tic et Tac ont chacun leur tactique. Tic pique Tac quand Tac attaque Tic, et Tac pique Tic quand Tic attaque Tac.
• La pie niche haut, l’oie niche bas, l’hibou niche ni haut, ni bas, où niche l’hibou ?
— L’hibou niche au milieu.
• Variante :
• Pie niche haut, oie niche bas, hibou niche ni haut ni bas, coucou niche haut et bas.
• Remarque : le “h” de hibou étant aspiré, on dit habituellement “le hibou”.
• Bébé boit dans son bain, pépé peint dans son coin, dans son bain bébé boit, dans son coin pépé peint.
• De beaux gros bras gras blancs
• Ah, pourquoi, Pépita, sans répit m’épies-tu? Dans les coins, Pépita, pourquoi te tapis-tu? Tu m’épies sans pitié c’est piteux de m’épier, de m’épier Pépita pourrais-tu te passer?

À propos de Nguyen Hoang Anh

Vietnamien, Father, Husband, I own and develop #Apprendre Français, founder of @Apprendre Français

Voir Aussi

Phonétique: Les semi consonnes [j][ʒ]

 Les semi consonnes [j][ʒ] [j]: La consonne spirante palatale voisée ou yod est un son consonantique très fréquent des langues …

Phonétique: Les semi-voyelles [j][w] et [ɥ]

il existe trois (3) semi-consonnes (ou semi-voyelles) en français. 1. Le son [j] (yod) : il s’obtient quand la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *