Accueil / Grammaire Française / La proposition subordonnée relative – part 2

La proposition subordonnée relative – part 2

La proposition subordonnée relative

6. Préposition + qui ; préposition + lequel / laquelle / lesquels / lesquelles

L’antécédent est une personne : préposition + qui / lequel.

■ C’est un ami ; je vais souvent faire du vélo avec cet ami.

C’est un ami  avec qui je vais souvent faire du vélo ou avec lequel je vais souvent faire du vélo.

■ Alice est une jeune fille sur qui je peux vraiment compter pour garder les enfants, (compter sur qqn)

■ J’aime beaucoup les cousins chez qui nous sommes invités samedi.

L’emploi de « préposition + qui » est plus fréquent que celui de « préposition + lequel ». Mais l’emploi de qui est obligatoire quand l’antécédent est quelqu’un ou personne.

■ C’est vraiment quelqu’un en qui on peut avoir confiance. (avoir confiance en qqn)

■ Je ne connais personne à qui tu pourrais demander cela.

L’antécédent est un animal ou un inanimé : préposition + lequel / laquelle / lesquels / lesquelles.

■ Au zoo, il y a des animaux. 11 est interdit de donner de la nourriture à ces animaux.

—► Au zoo, il y a des animaux auxquels il est interdit de donner de la nourriture.

■ Voici des photos sur lesquelles on peut voir toute ma famille.

■ Une tondeuse est une machine avec laquelle on coupe l’herbe des pelouses.

Notez les contractions avec à ou de.

                                 lequel = auquel

À            +              lesquels = auxquels

                                 lesquelles = auxquelles

mais                       à laquelle

                                 lequel = duquel

De          +              lesquels = desquels

                                 lesquelles = desquelles

mais                       de laquelle

De qui / duquel à la place de dont.

Il est impossible d’employer dont après les prépositions composées : à côté de, près de, à came de, au court de, au milieu de, au-dessus de, etc.

■ Les enfants n’ont pas cessé de rire et de parler ; j’étais assis à côté de ces enfants pendant le spectacle.

—► Les enfants à côté de qui / à côté desquels j’étais assis pendant le spectacle n’ont pas cessé de rire et de parler.

■ Il y a souvent des concerts dans l’église. J’habite en face de cette église.

—► Il y a souvent des concerts dans l’église en face de laquelle j’habite.

■ Dans leur salon, il y a un canapé ; ils ont placé un lampadaire près de ce canapé.

—► Dans leur salon, il y a un canapé près duquel ils ont placé un lampadaire.

7. Préposition + quoi

L’antécédent est ce, quelque chose, rien.

■ Les droits de l’homme, c’est ce pour quoi nous nous battons, (ce = les droits de l’homme)

■ La violence à l’école, c’est quelque chose contre quoi il faut lutter.

■ Mes vacances, il n’y a rien à quoi je tienne davantage !

Dans certaines expressions, l’antécédent est la phrase qui précède.

■ Range tes affaires, après quoi tu pourras jouer !

■ Mes fenêtres sont exposées au sud, grâce à quoi j’ai un balcon très fleuri.

■ Félix n’a que dix minutes de retard ; il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

■ N’oublie pas ta carte d’étudiant, faute de quoi on ne te laissera pas entrer.

Proposition subordonnée relative

1. La place du sujet

Dans la proposition subordonnée relative, généralement le sujet précède le verbe, mais lorsque le sujet est un nom et que le verbe n’a pas de complément, l’inversion est fréquente.

Le bruit           que  fait cette machine est insupportable.

                          que cette machine fait est insupportable.

À Guernesey, j’ai visité la maison                   où a vécu Victor Hugo

                                                                                       où Victor Hugo a vécu.

2. La subordonnée relative incise

La proposition subordonnée relative peut être « incise », c’est-à-dire placée à l’intérieur d’une autre proposition. On ne sépare pas le pronom relatif de son antécédent.

■ Le satellite qu’on vient de lancer permettra de recevoir dix chaînes de télévision de plus.

■ Ce champ est fréquemment inondé ; il borde la rivière.

—► Ce champ qui borde la rivière est fréquemment inondé

3. Le mode dans la proposition subordonnée relative

Le mode dans la proposition subordonnée relative est généralement l’indicatif. Mais on peut employer le conditionnel dans une phrase qui exprime l’hypothèse.

Comparez :

■ Je connais un guide qui peut nous emmener au sommet du mont Blanc, (information certaine) et Je connais un guide qui pourrait nous emmener au sommet du mont Blanc, (s’il était libre)

■ Nous avons très envie d’acheter cette maison de campagne qui nous permettrait d’accueillir nos amis pendant le week-end. (si nous l’achetions)

Le subjonctif s’emploie dans une phrase :

– qui exprime le désir, la demande ;

Comparez :

■ J’ai trouvé un hôtel où les chiens sont acceptés. (c’est une réalité)

et Je cherche un hôtel où les chiens soient acceptés, (c’est un désir)

■ Je connais quelqu’un qui sait parler le coréen, (c’est une réalité) et Y a-t-il parmi vous quelqu’un qui sache parler le coréen ? (c’est une demande)

— qui implique une exception, une restriction

après un superlatif ou des expressions comme le seul, l’unique, le premier ;

■ C’est le plus beau film que j’aie vu cette année.

■ Neil Armstrong est le premier homme qui ait marché sur la Lune.

après une expression négative rien, personne, aucun(e), pas un(e), pas de, ne… que, etc.

■ On n’a pas encore trouvé de médicament qui puisse guérir cette maladie.

■ Il n’y a que le titulaire qui connaisse le code de sa carte de crédit.

L’infinitif s’emploie pour insister sur l’idée de possibilité après un pronom relatif précédé d’une préposition ou après le pronom où.

Il a le même sujet que le verbe principal.

■ Elle est seule. Elle n’a personne à qui parler.

(= à qui elle pourrait parler)

■ Pedro aimerait trouver deux étudiants avec qui partager son appartement. (= avec qui il pourrait partager…)

■ Il cherchait un endroit calme où passer ses vacances.

(= où il pourrait passer ses vacances)

II s’emploie aussi dans les phrases impersonnelles.

Il n’est pas facile de trouver un restaurant où dîner après une heure du matin.

Tiếng pháp online chúc các bạn học tốt tiếng pháp!

[twitter name=”name”]

À propos de Nguyen Hoang Anh

Vietnamien, Father, Husband, I own and develop #Apprendre Français, founder of @Apprendre Français

Voir Aussi

Y et En (pronoms)

Y et En (pronoms)  – Ça y est, je suis en retard, je dois m’en …

Indicatif ou subjontif ?

Verbe de jugement : Indicatif ou subjontif ? – Il semble que ce soit demain que les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *