Accueil / Grammaire Française / Les valeurs modales du conditionnel

Les valeurs modales du conditionnel

“Ngữ pháp tiếng pháp”

Valeurs modales du conditionnel

1. Valeurs modales du conditionnel présent

a. Valeurs de potentiel

Le locuteur considère au moment de rénonciation le procès comme possible ou probable bien que les conditions de sa réalisation ne soient pas encore remplies.

Paul serait plus aimable, on l ‘inviterait volontiers.

L’amabilité de Paul est la condition de l’invitation ; il ne tient qu’à lui d’être invité : Il suffit qu’il soit aimable. En attendant, il ne l’est pas, l’invitation n’est donc que potentielle : elle est subordonnée à la réalisation du fait indiqué dans la première proposition.

Cette phrase peut être formulée autrement, on dira ordinairement :

Si Paul était plus aimable, on l inviterait.

Le conditionnel indique la conséquence potentielle.

Cette valeur potentielle se’ retrouve dans des formules exclamatives et interrogatives pour exprimer une hypothèse qu’on nie, qu’on rejette avec indignation :

Je vous quitterais ! Jamais de la vie !

Quoi ? Je pourrais un jour ne plus aimer mon père

b. Valeur d’irréel

Le conditionnel peut exprimer un fait irréel dans le présent ou le futur. C’est-à-dire une hypothèse qui marque l’irréalité de l’action évoquée.

Si j’avais de l’argent (maintenant) je t’en prêterais.

Une semaine de vacances me permettrait d’aller les voir.

Cette valeur se retrouve dans la fiction, c’est-à-dire des faits qu’on imagine sans aucun rapport avec la réalité surtout dans l’univers des jeux d’enfants.

Tu serais voleur et moi, je t’arrêterais.(Imaginons que…)

J ‘aurais un costume ci la mode, nous fréquenterions tes

endroits élégants… (Plaçons-nous dans l’hypothèse où…)

c. Valeur d’éventualité

Le conditionnel présent exprime un fait douteux, incertain qui peut ou non se produire, qui demande confirmation. Il sert notamment à présenter une information avec une certaine réserve, le style journalistique en use fréquemment :

Lé Président français se rendrait prochainement en Chine. (On pense que le Président se rendra prochainement en Chine)

Un des employés de la banque serait complice.

Paul divorcerait. (Il parait que…; j’ai entendu dire que… mais je n’en suis pas assez sûr(e) pour l’affirmer)

Tu ferais ça. (J’ose à peine envisager que tu fasses cela.)

d. Valeur d’atténuation

Le conditionnel présente un fait qui n’est pas affirmé qui n’est pas clairement posé comme certain: celui qui parle n’assume pas complètement son énonciation. Ainsi le conditionnel permet-il d’atténuer ce qu’une demande ou un ordre pourrait avoir de trop brutal pour l’interlocuteur

Je voudrais que vous m ’aidiez.

Tu pourrais I inviter.

On devrait faire cette réunion.

Il faudrait prendre une décision.

Le conditionnel exprime alors :

– Une reproche, un conseil avec les verbes devoir, pouvoir :

Pourrais-tu me laisser tranquille.

Tu devrais aller le voir de temps en temps.

–  Une affirmation atténuée ou un souhait, un désir surtout avec les verbes : vouloir, désirer, aimer, préférer, être heureux… et avec les adverbes : volontiers, avec plaisir.

Vous êtes tout rouge. On dirait que vous avez de la fièvre.

Je ne saurais vous accorder cette faveur. (Je ne puis)

Je voudrais leur parler.

J’assisterais volontiers à cette présentation.

Je vous serais reconnaissant(e) de bien vouloir vous occuper de mon dossier.

Ce conditionnel de politesse fait passer pour possible un fait qui a bel et bien lieu au moment de la parole ; il atténue ainsi l’importance aux yeux du destinataire.

2.  Valeur modale du conditionnel passé

Le conditionnel passé, qui situe le procès dans le passe, exprime l’hypothèse passée, c’est-à-dire une action non réalisee dans le passé. Il possède :

a. La valeur d’irréel du passé

Au conditionnel passé, l’événement est posé comme irréel dans le passé.

Paul aurait été plus aimable, on l’aurait invité.

Paul n’a pas été aimable, et on ne l’a pas invité.

Sans son intervention, on aurait supprimé deux postes.

Pour réussir, il aurait fallu que tu travailles un peu plus.

b. Valeur de potentiel du passé 

On envisage un fait passé que l’on repousse avec indignation ou étonnement. C’est un peu comme si on demandait une confirmation.

Et toi, tu l’aurais provoqué !

Moi, j’aurais dû l’inviter.

Quoi ? Il aurait eu son permis de conduire du premier coup ?

Hein ? Il serait à Paris et il ne m’aurait pas prévenu !

c. Valeur d’éventuel

Il exprime avec prudence, sous réserve, une information passée :

L’avion s’est écrasé à l’atterrissage : le pilote n’aurait pas respecté les consignes de la tour de contrôle.

Le cambrioleur serait entré par le garage.

On aurait renversé le gouvernement. Et alors, je t’aurais trouvé et je t‘aurais tué. (jeux d’enfants)

d. Valeur d’atténuation

Le conditionnel est un mode marquant une certaine distance du locuteur, qui peut même présenter l’événement comme irréel alors que ce dernier est en train de se dérouler.

J’aurais voulu que vous signiez ces lettres avant de partir …(Ce disant, la secrétaire tourne les pages au fur et à mesure que le directeur appose sa signature)

Le conditionnel passé présente le désir de la secrétaire comme irréel comme un vœu inexaucé dans le passé et qui n est plus à 1 ordre du jour, ce qui abolit la contrainte qu il pourrait ^présenter pour le directeur – du moins dans la parole -, puisque de fait, il est en train de faire ce qu’elle veut

Chúc học tốt tiếng pháp!

À propos de Nguyen Hoang Anh

Vietnamien, Father, Husband, I own and develop #Apprendre Français, founder of @Apprendre Français

Voir Aussi

Indicatif ou subjontif ?

Verbe de jugement : Indicatif ou subjontif ? – Il semble que ce soit demain que les …

TOUT (nom, pronom, adverbe, adjectif)

TOUT (nom, pronom, adverbe, adjectif) Tous les manifestants crient : « On veut tout et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *