Accueil / Grammaire Française / Le sujet et des compléments

Le sujet et des compléments

Complément d’objet direct(COD)
Complément d’objet indirect (COI)
Complément du nom ou du pronom
Complément circonstanciel
Complément d’agent

I.Complément d’objet direct

Le complément d’objet direct est le mot (ou groupe de mots) qui se joint au verbe sans préposition pour en compléter le sens. C’est un complément de verbe. Il représente l’être ou la chose qui reçoit directement l’action que fait le sujet.

Pierre mange une pomme.
Une pomme est mangée par Pierre.
Le maçon construit une maison.
Une maison est construite par le maçon.

Pour reconnaître le complément d’objet direct, on pose après le verbe la question “qui?” ou “quoi?“.

Pierre mange quoi? Une pomme.
Le maçon construit quoi? Une maison.

On observe que le complément d’objet direct est le mot qui devient sujet lorsqu’on tourne la phrase au passif.

Le complément d’objet direct peut être :

– un nom Il boit un verre;
– un pronom Elle le peigne;
– une proposition : Il pense qu’il viendra demain;
– un infinitif Il veut partir.

Les verbes qui demandent un complément d’objet direct sont appelés transitifs directs, ceux qui demandent un complément d’objet indirect, transitifs indirects et ceux qui n’acceptent pas de complément (direct ou indirect) sont appelésintransitifs.

La position dans la phrase du complément d’objet direct est capitale pour régler l’accord du participe passé conjugué avec “avoir“.

II.Complément d’objet indirect

Le complément d’objet indirect est un mot (ou groupe de mots) qui se joint au verbe par l’intermédiaire d’une prépositionpour en compléter le sens. C’est un complément de verbe. Il représente l’être ou la chose qui reçoit indirectement l’action que fait le sujet.

Il parle à son ami.
Il se souvient de ses vacances.

Pour reconnaître le complément d’objet indirect, on pose les questions “à qui? ou “à quoi?“, “de qui?” ou “de quoi?” et, selon le sens du verbe, “pour qui? ou pour quoi?“, “contre qui? ou “contre quoi?“, etc.

La plupart du temps, le complément d’objet indirect est introduit par les prépositions “à” ou “de“. Mais on trouve parfois d’autres prépositions (Il compte sur votre amitié. Il croit en nous. Je n’attends pas après lui, etc.). Il n’y a pas de préposition avec les PRONOMS personnels conjoints (Cette mauvaise habitude vous nuira).

Le complément d’objet indirect peut être :

– Un nom : Il parle à sa mère.
– Un pronom Il lui parle.
– Un infinitif Il demande à partir.
– Une proposition Il doute que vous soyez cet homme.

Un même verbe peut avoir un complément d’objet direct et un complément d’objet indirect – on appelle parfois l’objet direct,objet premier et l’objet indirect, objet second (J’ai donné ce livre à votre ami).

Lorsque le verbe demande un complément d’objet indirect, il est dit transitif indirect. Un même verbe peut selon le sens se construire directement ou indirectement.

Compter“, par exemple, accepte les deux constructions. On peut compter des moutons et compter sur quelqu’un.

Applaudir“, autre exemple, est de même nature. On peut applaudir un acteur ou applaudir à une initiative.

III.Compléments du nom

Le complément de nom est un mot (ou groupe de mots) qui se joint au nom, la plupart du temps par l’intermédiaire d’unepréposition, pour en compléter, en préciser, étendre, le sens. Les compléments de noms sont extrêmement variés et de nombreuses prépositions peuvent les introduire mais les plus fréquentes sont “de” et “à“.

Les yeux de Pierre.
Une armoire de toilette.
Un chien de garde.
Un fruit à pépins.
Un verre à eau.

Selon le mot support, selon le mot ou le groupe complément, selon le sens (relation, caractérisation, pseudo-complément – voir ci-dessous -, construction directe, etc.), on distingue de nombreux types de compléments qu’il est impossible de présenter ici. Les quelques observations suivantes ont des effets immédiats sur la construction ou l’accord.

1. les pseudo-compléments : lorsque le nom support est un mot du type “espèce, type, sorte, façon, genre, manière“, un mot proche d’un numéral “dizaine, millier, centaine, etc., ou encore un “collectif“, c’est en fait le complément qui est le noyau du syntagme et c’est lui qui, sous certaines conditions, est le donneur d’accord (voir le sujet est un nom collectif, un nom de fraction, un adverbe de quantité).

2. les compléments de relation lorsqu’ils marquent l’appartenance sont presque toujours introduits par “de“. Il ne faut pas écrire Le vélo à ma sœur mais Le vélo de ma sœur.

3. les compléments des noms désignant des récipients sont introduits par “à” quand ils marquent la destination et par “de” lorsqu’on envisage le contenu (Un verre à vin mais Un verre de vin).

IV.Complément circonstanciel

Le complément circonstanciel est un mot (ou groupe de mots) qui “complète” l’action exprimée par le verbe du point de vue des circonstances (le lieu, le temps, la mesure, la matière, etc.).

Le complément circonstanciel est la plupart du temps introduit par une préposition. Il faut prendre garde à ne pas le confondre avec le complément d’objet indirect. (Certains grammairiens appellent ces compléments “compléments adverbiaux” d’autres “compléments adverbiaux non essentiels”. voir compléments du verbe). Il existe de nombreuses nuances dans lesquelles il est impossible d’entrer ici et qui forment, au demeurant, un vaste sujet dont les spécialistes débattent encore.

Les compléments circonstanciels selon les circonstances qu’ils précisent sont habituellement divisés en :

– temps Il viendra demain
– manière Il viendra en train
– lieu Il viendra dans cette maison
– cause Ils ont agi par jalousie
– moyen Il voyage en avion
– 
comparaison Il vit comme un ours

Mais de nombreuses autres nuances sont possibles :

– but Ils travaillent pour s’enrichir
– conséquence Il a réussi pour notre plus grande joie
– concession Il avance malgré sa douleur
– condition Si tu te prépares bien tu réussiras
– matière Il construit en terre
– 
quantité Ce buffet pèse cent kilos

Donnant des nuances de :

– prix Il coûte trois cents francs;
– poids Il pèse cent kilos;
– distance : Il avance de deux mètres;
– 
etc.

Le complément circonstanciel peut être :

– un nom : Il viendra en train;
– un pronom C’est pour elle qu’il est venu;
– un infinitif Ils travaillent pour s’enrichir;
– un adverbe Il viendra demain;
– un gérondif Il avance en reculant;
– une proposition Il partira quand vous arriverez.

V.Complément d’agent

Le complément d’agent est un complément qui n’apparaît qu’avec les verbes à la voix passive (voir voix du verbe). A la voix passive le sujet subit l’action (L’élève est interrogé). Le complément d’agent indique qui (ou quoi) fait l’action (L’élève est interrogé par le maître).

Le complément d’agent est introduit, la plupart du temps, par la préposition “par“, parfois “de” (Il était aimé de cette femme).

Lorsque la phrase est tournée à l’actif (voir active), le complément d’agent devient le sujet (celui qui fait l’action indiquée par le verbe).

L’élève est interrogé par l’instituteur.
L’instituteur interroge l’élève.

À propos de Nguyen Hoang Anh

Vietnamien, Father, Husband, I own and develop #Apprendre Français, founder of @Apprendre Français

Voir Aussi

Y et En (pronoms)

Y et En (pronoms)  – Ça y est, je suis en retard, je dois m’en …

Indicatif ou subjontif ?

Verbe de jugement : Indicatif ou subjontif ? – Il semble que ce soit demain que les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *