Accueil / Grammaire Française / Analyse grammaticale / Analyse grammaticale: Fonctions des subordonnées-part 1

Analyse grammaticale: Fonctions des subordonnées-part 1

Subordonnée sujet

La subordonnée sujet peut être :

1. Une proposition introduite par “que” : avec un verbe de forme impersonnelle. La subordonnée étant alors le sujet réel du verbe impersonnel.

Il faut que tu travailles.

2. Une proposition placée en tête de la phrase et introduite par “que” : elle est fréquemment reprise par “ce, ceci, la chose, le fait“, etc. Si ces reprises sont absentes on peut facilement les introduire.

Qu’il le fasse m’étonnerait.
…cela m’étonnerait.

Que des choses importantes soient passées sous silence n’est pas convenable.
…cela n’est pas convenable.

Notez : le sujet peut être inversé et il faut alors retrouver la logique grammaticale (De toi seul, dépend qu’il vienne = Qu’il vienne, cela dépend de toi seul).

3. Une proposition placée après la principale : elle est annoncée, en tête de phrase, par “ce, ceci, cela, ça“, la subordonnéeest introduite par “que, comme, si, quand, lorsque”.

C’est curieux que tu sois revenu.
Ce fut miracle s’il ne se rompit pas le cou.

4. Une proposition introduite par “que” : après une principale de type “d’où vient, qu’importe, à cela s’ajoute…“.

D’où vient que tu sois si furieux.
Qu’importe que tu sois furieux.
A cela s’ajoute que nous n’avons pas compris le message.

5. Une relative introduite par “qui” ou “quiconque” : elle ne peut se rattacher à un mot, et a perdu son rôle principal qui est de compléter le sens d’un antécédent. Elle peut occuper les fonctions du nom et, en particulier être sujet.

Qui a bu boira.
Qui veut aller loin ménage sa monture.
Quiconque ne sait se contrôler, ne peut trouver la paix.

6. Une infinitive : L’infinitive en position de sujet est, la plupart du temps, reprise par “ce, cela, le fait“, etc. (Lui, réussir à son examen, cela m’étonnerait.).

Subordonnée attribut

La subordonnée attribut peut être :

1. une proposition introduite par “que” : elle se trouve alors après des expressions construites avec des verbes d’attribution dont le principal est “être“.

Son opinion est que vous ne pouvez rien y faire.
Mon avis est qu’il faut recommencer.

2. une proposition introduite par “à quoi, de quoi, vers quoi”, etc.

C’est vers quoi nous tendons.
C’est de quoi nous parlons.

3. une proposition introduite par “qui”, lorsque “qui” à le sens de “celui que“.

Cet homme n’est pas qui vous pensez

Subordonnée apposition

La subordonnée en apposition peut être :

1. une proposition introduite par “qui” : “qui” est alors lié avec un pronom démonstratif “ce, celui, ceux”, etc., ou fait partie d’une expression (“qui plus est, qui mieux est, chose qui”).

Tu l’as refait, ce qui est bien.
Il est grand, et qui plus est, très fort.

2. une proposition introduite par “que” : “que” a alors le sens de “à savoir que“.

Je pense à une chose, que tu aurais dû prévenir avant.
Je ne suis pas d’accord avec cette idée, que tout vient à point à qui sait attendre.

Subordonnée complément d’objet

La subordonnée complément d’objet direct ou complément d’objet indirect peut être :

1. une proposition introduite par “que”, dite aussi complétive par “que”. Après certains verbes on peut trouver “à ce que” (s’accoutumer, s’appliquer, condescendre, contribuer, se décider, s’employer, s’exposer, gagner, etc.) ou “de ce que” (se plaindre, profiter, s’indigner, etc.).

Il veut que tu finisses ton travail.
Il se doute que tu n’es pas venu.
Il s’attend à ce que tu ne viennes pas.

La complétive par “que” donne lieu à une entrée particulière où sont présentés les modes de son verbe et les règles de la concordance des temps, nous vous conseillons de consulter cette entrée en cas de besoin.

2. une proposition introduite par un mot interrogatif : “quand, si, quel, pourquoi“, etc., dans l’interrogation indirecte.

Dis-lui pourquoi tu ne veux pas venir.
Il te demande quand tu penses revenir.

3. une infinitive et elle n’a pas, alors, de mot de subordination.

Il entend les oiseaux chanter
Il voit les concurrents arriver

4. Une relative introduite par “qui” ou “quiconque” : elle ne peut se rattacher à un mot, et a perdu son rôle principal qui est de compléter le sens d’un antécédent. Elle peut occuper les fonctions du nom et, en particulier être complément d’objet.

Aimez qui vous aime
Il assiste quiconque le nécessite.

À propos de Nguyen Hoang Anh

Vietnamien, Father, Husband, I own and develop #Apprendre Français, founder of @Apprendre Français

Voir Aussi

Y et En (pronoms)

Y et En (pronoms)  – Ça y est, je suis en retard, je dois m’en …

Indicatif ou subjontif ?

Verbe de jugement : Indicatif ou subjontif ? – Il semble que ce soit demain que les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *