Accueil / Grammaire Française / L’expression de l’opposition et de la concession

L’expression de l’opposition et de la concession

Ngữ pháp tiếng pháp cơ bản

L’EXPRESSION DE L’OPPOSITION ET DE LA CONCESSION

Quand on veut exprimer une idée d’opposition ou de concession, on peut distinguer trois

types de relation entre deux faits :

• l’opposition : c’est le constat d’une différence ;

—► Annie est grande et blonde tandis que sa sœur est petite et rousse.

• la concession : c’est une cause qui devrait agir mais qui n’agit pas ;

—► Bien que nous soyons en plein hiver, la température est très douce.

• la restriction : c’est une opposition partielle.

—► Cette dame âgée mène une vie très active, encore qu’elle ait quelques ennuis de santé.

Il existe de nombreux moyens qui permettent d’exprimer ces nuances.

I. LES PROPOSITIONS SUBORDONNEES

On emploie l’indicatif, le subjonctif et le conditionnel pour exprimer les diverses nuances de l’opposition et de la concession.

Propositions subordonnées à l’indicatif

1. Alors que

Opposition / concession

■ Cet été a été très chaud, alors que l’été dernier a été très froid. (= par contre, l’été dernier a été très froid ; opposition)

■ Marie n’est pas venue à mon anniversaire alors qu’elle m’avait promis de venir. (= bien qu’elle m’ait promis de venir ; concession)

2. Tandis que

Opposition

■ Ces tulipes fleurissent dès le mois de mai tandis que celles-là fleuriront plutôt en fin de saison, (on oppose deux types de tulipes)

3. Même si

Même Si exprime l’opposition en même temps que l’hypothèse.

L’emploi des temps est le même que dans les subordonnées introduites par &i.

■  Même si vous arrivez tard, n’hésitez pas à nous rejoindre ! (hypothèse : vous arriverez peut-être en retard ; opposition : mais venez nous rejoindre)

■ Même si tout le monde était d’accord pour protéger l’environnement, beaucoup de gens ne respecteraient pas la règlementation, (hypothèse : tout le monde serait d’accord pour protéger l’environnement ; opposition : mais beaucoup de gens ne respecteraient pas la règlementation)

4. Sauf que Si ce n’est que

Restriction

■ Notre voyage en Corse s’est très bien passé, sauf que j’ai oublié mon portable dans le car. (= il y a un seul problème : j’ai oublié mon portable)

■ On ne sait rien de la vie privée de cet acteur, si ce n’est qu’il a deux enfants. (= on sait une seule chose : il a deux enfants)

5. Si

Opposition ou concession

Si s’emploie dans la langue soutenue. La subordonnée précède la principale ou est placée en incise.

Si la vie dans les grandes villes attire les jeunes, elle peut être très dure pour les personnes âgées ou démunies. (- la vie dans les grandes villes attire les jeunes mais elle peut être très dure pour les personnes âgées ou démunies)

■ Ce médicament, s’il est très efficace, a des effets secondaires assez désagréables. (= bien qu’il soit très efficace, ce médicament a des effets secondaires assez désagréables)

Propositions subordonnées au subjonctif

A. Subordonnées introduites par une conjonction

1. Bien que Quoique

Concession

■ Bien que la police ait fait une longue enquête, elle n’a pas encore trouvé le coupable. (= la police a fait une longue enquête, mais elle n’a pas encore trouvé le coupable)

L’emploi de quoique est moins fréquent.

■ Ce tableau, quoiqu’il soit signé d’un peintre réputé, ne s’est pas vendu à un prix très élevé. (= ce tableau est signé d’un peintre réputé, mais il ne s’est pas vendu à un prix très élevé)

2. Sans que

Opposition négative.

La subordonnée suit la principale.

■ Etienne dormait à poings fermés. Je suis entré dans sa chambre sans qu’il m’entende. (= je suis entré mais il ne m’a pas entendu)

■ Mon père et moi, nous étions sur le même trottoir. Nous nous sommes croisés sans qu’il me voie ! (= nous nous sommes croisés mais il ne m’a pas vu)

■ À la gare, un pickpocket m’a volé mon portefeuille sans que je m’en aperçoive. (= mais je ne m’en suis pas aperçu)

3. À moins que

À moins que exprime la restriction en même temps que l’hypothèse.

■ Le concert aura lieu en plein air à moins qu’il (ne) pleuve. (= sauf s’il pleut)

■ La croisière en Norvège aura lieu à moins qu’il n’y ait pas assez de participants. (= mais si il n’y a pas assez de participants, elle sera annulée)

4. Encore que

Cncore que introduit une restriction après une déclaration. La subordonnée suit la principale.

■ La mise en scène de cette pièce est excellente, encore qu’on puisse critiquer la froideur des décors. (* la mise en scène est excellente, cependant on pourrait critiquer la froideur des décors)

■ Félix va passer un an aux États-Unis, encore qu’il soit bien jeune pour un aussi long séjour. (= cependant il est très jeune pour un aussi long séjour)

B. Constructions avec un adjectif ou un nom

1. Si + adjectif + que

Cette construction exprime une concession avec une idée d’appréciation.

■ Le soleil, si agréable qu’il soit, peut être très dangereux. (= bien que le soleil soit très agréable, il peut être très dangereux)

■ Si brutal qu’ait été le choc, aucun passager n’a été blessé.

■ Si curieux que cela paraisse pour un Français, il n’aime ni le vin ni le fromage ! (= il est français et pourtant il n’aime ni le vin ni le fromage)

2. Tout / quelque / pour + adjectif + que

Ces constructions qui expriment la concession s’emploient dans la langue soutenue.

■ Cet article sur la vie dans les prisons, tout provocant qu’il soit, a le mérite de faire réfléchir. (= bien qu’il soit provocant…)

■ Les réformes prévues par le gouvernement, quelque difficiles qu’elles soient à mettre en œuvre, sont absolument nécessaires. (= bien qu’elles soient difficiles à mettre en œuvre…)

■ Cet homme politique, pour brillant qu’il soit, n’inspire pas vraiment confiance. (= même s’il est brillant)

3. Quel(le)(s) + que + être + sujet

Quel est un adjectif qui s’accorde avec le sujet du verbe être. Cette construction est très fréquente.

■ La marche est un sport que vous pouvez pratiquer, quel que soit votre âge. (= à n’importe quel âge)

■ Une fuite d’eau, des clefs oubliées à l’intérieur de l’appartement. Quels que soient vos problèmes, SOS Artisans vous dépanne ! Quelle que soit l’heure, appelez le 06 00 00 01 ! (= pour n’importe quel problème, à n’importe quelle heure)

4. Quelque(s) + nom + que

Cette construction s’emploie dans la langue soutenue.

■ Le lancement d’un satellite, quelques précautions qu’on prenne, comporte toujours des risques d’échecs. (= même si on prend des précautions)

C. Pronoms relatifs indéfinis

 1. Quoi que

Quoi est complément du verbe.

■ Quoi que je dise, quoi que je fasse, tu me critiques. (= peu importe ce que je dis, ce que je fais, tu me critiques)

■ Quoi qu’il arrive, elle garde son sang-froid. (= peu importe ce qu’il arrive, elle garde son sang-froid)

2. Où que

■ À Paris, où qu’on aille, il y a toujours un café ! (- peu importe où l’on va…)

■ Olivier est très sociable. Où qu’il soit, il se fait des copains. (= peu importe où Olivier est…)

3. Qui que

Peu fréquent. Qui représente une personne indéterminée.

■ Qui que vous soyez, vous devez respecter le code de la route. (= peu importe qui vous êtes…)

Proposition subordonnée au conditionnel

Quand bien même

Quand bien même exprime l’opposition en même temps que l’hypothèse. La proposition principale est généralement au conditionnel.

■ Quand bien même on lui offrirait un travail intéressant à l’étranger, il ne pourrait pas partir pour des raisons familiales. (= même si on lui offrait un travail…)

■ Quand bien même on l’aurait repeint, cet appartement serait resté triste. (= même si on l’avait repeint, cet appartement…)

Remarque générale sur les propositions subordonnées au subjonctif, à l’indicatif et au conditionnel.

Quand il y a deux subordonnées, la seconde est introduite par que.

■ Bien qu’il soit tard et que je prenne l’avion demain à 6 heures, je vous accompagnerai au restaurant.

■ Jérôme n’a pas confiance en lui alors qu’il est très beau garçon et qu’il fait des études brillantes.

II. AUTRES MOYENS D’EXPRIMER L’OPPOSITION

Préposition + nom / pronom.

1. Malgré / en dépit de

■ Malgré un fort vent d’Ouest, nous avons fait une excellente promenade le long de la mer. (= bien qu’il y ait eu un fort vent…)

■ En voyant l’enfant se pencher à la fenêtre, j’ai poussé un cri malgré moi.

En dépit de s’emploie dans la langue soutenue

■ Le tunnel sous la Manche a été construit en dépit de nombreuses difficultés techniques et financières. (= bien qu’il y ait eu de nombreuses difficultés…)

2.Contrairement à

■ Contrairement aux prévisions, l’indice de croissance sera de 2 % et non de 3 %. (- alors qu’on prévoyait 3 %, l’indice…)

■ Contrairement à toi, j’ai le mal de mer en bateau.

Préposition + infinitif

L’infinitif a le même sujet que le verbe principal.

1. Sans

■ Sur la porte, il y a un écriteau qui dit : « Entrez sans frapper ».

■ Ne quittez pas la Bretagne sans avoir mangé de galettes de blé noir ni bu de cidre !

2. Au lieu de

■ Cette année, Marie prendra ses vacances en juillet au lieu de les prendre en août. (= elle prendra ses vacances en juillet et non pas en août)

■ Aide-moi donc, au lieu de me donner des conseils. (= ne me donne pas de conseils, mais aide-moi !)

3. Loin de

Cette préposition s’emploie dans la langue soutenue.

■ Quand Jean a dit la vérité à son père, loin de se fâcher, celui-ci a ri. (* il ne s’est pas fâché, au contraire, il a ri)

■ Je redoutais le jugement du directeur. Or, loin de me critiquer, il m’a félicité. (= il ne m’a pas critiqué, au contraire, il m’a félicité)

4. Quitte à

■ Quitte à le regretter plus tard, Martine va arrêter ses études. (= même si elle risque de le regretter plus tard)

■ Je dis toujours ce que je pense, quitte à choquer les gens. (= même si je risque de choquer les gens)

Avoir beau + infinitif

Cette expression très employée a le même sens que bien que. Elle est toujours placée en tête de phrase et séparée de la proposition qui suit par une virgule. On conjugue le verbe avoir à tous les temps de l’indicatif.

■ Lucie a beau être très jeune, elle a un grand sens des responsabilités. (= bien qu’elle soit très jeune, Lucie a…)

■ Alain est extrêmement têtu. Tu auras beau protester, il ne changera pas d’avis. (= bien que tu protestes, Alain ne changera pas…)

L’antériorité peut être exprimée par le verbe avoir ou l’infinitif passé.

■ Ce journaliste a eu beau faire de nombreuses démarches, il n’a pas obtenu de visa pour ce pays en guerre

ou Ce journaliste a beau avoir fait de nombreuses démarches… (= bien que ce journaliste ait fait…)

Mot de liaison

Les mots de liaison permettent d’exprimer la relation d’opposition, de concession ou de restriction entre les deux parties d’une phrase.

1. Mais

Opposition

■ Amener s’écrit avec un m, mais emmener s’écrit avec deux m. (= amener s’écrit avec un m, alors que emmener s’écrit avec deux m)

2. Quand même / tout de même

Concession. Ces mots sont souvent précédés de mais et sont toujours placés après le verbe.

■ Il y avait beaucoup de brouillard, (mais) l’avion a pu atterrir quand même. (= bien qu’il y ait eu du brouillard…)

On peut aussi dire :

■ L’avion a quand même pu atterrir. ou L’avion a pu quand même atterrir.

■ Sébastien prépare un concours important, (mais) il sort tout de même le samedi soir avec ses copains. (= bien qu’il prépare un concours…)

3. Seulement

Restriction. Seulement s’emploie dans la langue familière

■ Tu peux prendre la voiture ; seulement, rends-la-moi sans faute samedi ! (= mais il faut me la rendre samedi)

■ Vous pouvez jouer du piano le soir, seulement mettez-le…

4. En fait

Opposition

■ Je pensais que Pierre était à Paris, en fait, il était en Italie pour son travail. (* mais en réalité)

■ On devait nous livrer une pizza aux trois fromages ; en fait, c’est une pizza au chorizo qui nous a été livrée.

5. Pourtant

Concession

■ Mon gâteau n’est pas bien réussi, pourtant j’ai suivi la recette à la lettre. (= bien que j’aie suivi la recette à la lettre)

■ Il est souvent en retard au bureau, pourtant il habite juste à côté. (= bien qu’il habite juste à côté)

6. Cependant / néanmoins / toutefois

Restriction. Ces mots de liaison s’emploient dans la langue soutenue.

■ Nous pensons que ce tableau est une simple copie d’un paysage de Monet ; cependant il vaudrait mieux consulter un expert. (=encore qu’il vaille mieux consulter un expert)

■ La situation économique de ce pays reste difficile, toutefois les spécialistes prévoient une reprise de la croissance dans les mois à venir. (= encore que les spécialistes prévoient…)

■ Il y avait trois jours qu’on était sans nouvelles du bateau. Néanmoins, tout espoir de le retrouver n’était pas perdu. (- encore qu’on n’ait pas perdu tout espoir)

7. Par contre / au contraire / en revanche

Opposition

■ Cette plante ne demande pas à être beaucoup arrosée, par contre elle a besoin de lumière.

■ Paul comprend et parle bien le russe, en revanche il l’écrit mal.

■ – Cela vous dérangerait que je m’invite chez vous à la campagne dimanche prochain ?

– Au contraire, cela nous ferait très plaisir !

8. Pour autant

Concession

■ Les vêtements de cette boutique sont très chers et ils ne sont pas de bonne qualité pour autant ! (= bien que les vêtements soient chers, ils ne sont pas de bonne qualité)

■ En ce moment, les médias parlent peu de la violence à l’école, pour autant ce problème est loin d’être résolu. (« bien que les médias parlent peu de la violence à l’école…)

9. Or

Or introduit un élément nouveau qui modifie le résultat attendu. Cette nouvelle conséquence est souvent précédée de donc, alors, par conséquent, etc.

■ Nous voulions prendre l’avion pour aller à Nice ; or il n’y avait plus de places, donc nous avons pris le TGV.

■ Un promoteur immobilier voulait construire un immeuble face à la mer, or le littoral est un site protégé, par conséquent il n’a pas reçu le permis de construire.

■ Nous avons eu une réunion importante hier ; or le directeur n’a pas pu y assister, alors nous n’avons pris aucune décision.

Gérondif

Pour exprimer la concession, le gérondif doit être précédé de tout.

■ J’ai accepté de suivre ce traitement tout en sachant que son efficacité n’est pas garantie. (= bien que je sache que son efficacité n’est pas garantie…)

■ Tout en comprenant les raisons de ton choix, je ne l’approuve pas totalement. (= bien que je comprenne les raisons…)

Proposition juxtaposées au conditionnel

■ Florent adore la pêche. Il pleuvrait à torrents, il resterait au bord de l’eau à attendre le poisson ! (= même s’il pleuvait à torrents…)

■ Je lui aurais donné la preuve de son erreur, il ne m’aurait pas cru. (= même si je lui avais donné la preuve…)

À propos de Nguyen Hoang Anh

Vietnamien, Father, Husband, I own and develop #Apprendre Français, founder of @Apprendre Français

Voir Aussi

Y et En (pronoms)

Y et En (pronoms)  – Ça y est, je suis en retard, je dois m’en …

Indicatif ou subjontif ?

Verbe de jugement : Indicatif ou subjontif ? – Il semble que ce soit demain que les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *