Accueil / Grammaire Française / L’expression de la condition et de l’hypothèse

L’expression de la condition et de l’hypothèse

On peut distinguer l’idée de condition et l’idée d’hypothèse.

La condition exprime une circonstance obligatoire pour qu’un fait puisse se réaliser.

—► Si vous avez moins de 25 ans, vous pouvez profiter d’une réduction de 30 % sur les vols Paris-Londres.

L’hypothèse exprime une supposition, une possibilité, une éventualité.

—► S’il pleut, le pique-nique sera annulé. (= il pleuvra peut-être, dans ce cas on annulera le pique-nique)

Différents moyens permettent d’exprimer l’hypothèse et la condition.

I. LES PROPOSITIONS SUBORDONNEES

Proposition subordonnées introduites par si

A. Combinaisons de temps les plus courantes

Plusieurs combinaisons permettent d’exprimer la condition et l’hypothèse dans le passé, le présent et le futur.

Subordonné

Principale
Si + présent

Futur

La condition concerne le futur, l’action pourra se réaliser.

■ Si j’ai le temps, je passerai chez toi ce soir.

■ Si l’orchestre de Clément joue à la fête de la musique vendredi prochain, nous irons certainement l’écouter.

Dans la proposition principale, on peut aussi employer le futur proche ou l’impératif.

■ Tu vas attraper un coup de soleil, si tu restes trop longtemps sur la plage.

■ Si vous êtes fatigué, reposez-vous un moment.

On n’emploie jamais le futur après &i.

On ne dit pas : S’il ferabeau, on irase promener en forêt.

On dit : S’il fait beau, on ira se promener en forêt.

subordonnée

principale
si + imparfait

conditionnel présent

Cette combinaison a deux significations.

a. La condition concerne le futur, mais l’action a peu de chances de se réaliser.

■ Il faudrait consulter le médecin, si vous aviez encore mal à la gorge demain, (mais vous n’aurez probablement plus mal à la gorge)

■ S’il neigeait la semaine prochaine, nous pourrions faire du ski à Noël.

Comparez :

■ Si nous avons quelques jours de libres au printemps, nous partirons en Sicile. (* c’est probable)

et Si nous avions quelques jours de libres au printemps, nous partirions en Sicile. (= c’est peu probable)

b. La condition concerne le présent, mais l’action ne peut pas se réaliser.

■ Si j’avais assez d’argent, j’achèterais une nouvelle chaîne hi-fi. (malheureusement, je n’ai pas assez d’argent)

■ Si j’étais toi, je n’accepterais pas cette proposition. (mais je ne suis pas toi)

On n’emploie jamais le conditionnel après âi.

On ne dit pas : S‘il-fcrait beau, on-irait-sc promener en-forêt..

On dit : S’il faisait beau, on irait se promener en forêt.

subordonnée

principale
si + plus-que-parfait

conditionnel passé

La condition concerne le passé, l’action n’a pas pu se réaliser. Cette combinaison exprime souvent un regret.

■ Si tu m’avais téléphoné, je serais allé te chercher à la gare, (mais tu ne m’as pas téléphoné, donc je suis resté chez moi)

■ Si tu avais fermé la porte, le chat ne se serait pas sauvé. (mais tu n’as pas fermé la porte, donc le chat s’est sauvé)

B. Combinaisons de temps lorsque la subordonnée exprime l’antériorité

Une condition située dans le passé entraîne une conséquence dans le présent ou dans le futur.

Si+ passé composé présent / impératif dans la principale / futur

■ Si vous avez déjà eu cette maladie, vous êtes maintenant immunisé.

■ Si tu as fini ton travail avant 18 h, retrouve-nous au café !

■ Si vous avez déjà suivi un cours de niveau i, vous serez automatiquement inscrit en niveau 2.

– Si+  plus-que-parfait / conditionnel présent dans la principale

■ Ta plaisanterie m’amuserait si je ne l’avais pas entendue vingt fois ! (-je l’ai entendue vingt fois, donc elle ne m’amuse plus)

■ Si on avait entretenu régulièrement l’immeuble, il ne serait pas maintenant en si mauvais état. (= mais on ne l’a pas régulièrement entretenu, donc il est…)

C. Cas particulier

Si = chaque fois que

L’emploi du présent ou de l’imparfait dans la principale exprime

une habitude.

– Si + présent / présent dans la principale

■ En vacances, s’il pleut, nous jouons aux cartes. (= chaque fois qu’il pleut)

– Si+ imparfait / imparfait dans la principale

■ En vacances, s’il pleuvait, nous jouions aux cartes. (= chaque fois qu’il pleuvait)

Remarque générale sur les subordonnées introduites par si

Si… et si / si… et que

Quand il y a deux subordonnées, on peut répéter si ou employer que.

■ Si tu aimais les histoires d’amour et si tu n’avais pas peur de pleurer, nous irions voir ce film.

■ Si tu as faim et qu’il n’y a rien dans le réfrigérateur, va t’acheter un sandwich !

D. Conjonctions formées avec si

1. Même si

Cette conjonction exprime l’opposition et l’hypothèse. Les combinaisons de temps sont les mêmes qu’avec si.

■ La course cycliste aura lieu même s’il pleut.

■ Je refuserais votre proposition même si vous insistiez.

2. Sauf si / excepté si

Ces conjonctions expriment la restriction et l’hypothèse.

■ On pourrait dîner dans le nouveau restaurant italien, sauf si vous aviez une meilleure idée.

■ Je rentrerai vers 19 heures, excepté si la réunion se prolonge.

3. Comme si

Cette conjonction exprime une comparaison avec un fait irréel. Elle s’emploie seulement avec :

– un imparfait pour exprimer la simultanéité ;

■ Tu parles avec une voix bizarre, comme si tu avais mal à la gorge. (« mais en réalité tu n’as pas mal à la gorge)

– un plus-que-parfait pour exprimer l’antériorité.

■ Il a continué à parler comme s’il n’avait pas entendu ma question. (» mais en réalité il avait entendu ma question)

Proposition subordonnées  introduites par d’autres conjonctions

1. Dans la mesure où

Cette conjonction exprime une condition en relation avec une idée de proportion.

■ Les gens utiliseront moins leur voiture dans la mesure où on améliorera les transports en commun. (= s’il y a plus de transports en commun, les gens utiliseront moins leur voiture)

■ Dans la mesure où on en boit peu, l’alcool n’est pas dangereux.

2. Selon que..» ou / suivant que… ou

■ Suivant que vous regardez ce tableau de face ou de côté, vous ne voyez pas la même chose. (= si vous regardez de côté ou si vous regardez de face, vous ne voyez pas la même chose)

■ Selon que vous déjeunerez à l’intérieur ou à la terrasse du restaurant, vous ne paierez pas le même prix.

II. LES PROPOSITIONS SUBORDONNEES AU SUBJONTIF ET AU CONDITIONNEL

Propositions subordonnées au subjonctif

1. À condition que

Condition indispensable.

■ Ce joueur de football participera à ce match à condition que sa blessure au genou soit guérie. (= il faut absolument que sa blessure soit guérie)

■ Vous pouvez conduire dans ce pays à condition que vous preniez une assurance spéciale.

2. Pourvu que

Seule condition suffisante.

■ Pourvu qu’il ait son ours en peluche, mon fils s’endort facilement. (= son ours est la seule chose qu’il demande)

■ Pourvu que vous suiviez ce régime scrupuleusement, votre taux de cholestérol baissera.

3. À moins que (ne)

À moins que exprime l’hypothèse avec une idée de restriction.

■ Rentrons à pied à moins que tu (ne) sois fatigué ! (= sauf si tu es fatigué)

■ Pierre est toujours à l’heure. Il va sûrement arriver à moins qu’il (n’)ait oublié le rendez-vous.

4. Pour peu que

Condition minimale suffisante.

■ Cette rue est très bruyante. Pour peu qu’on laisse une fenêtre ouverte dans le salon, on ne s’entend plus parler. (= il suffit qu’on laisse une fenêtre ouverte…)

■ Pour peu que j’aie cinq minutes de retard, ma mère s’inquiète. (- il suffit que j’aie cinq minutes de retard pour que ma mère s’inquiète)

5. Soit que… soit que / que… ou que

Deux hypothèses sont envisagées.

Soit que vous désiriez un prêt soit que vous vouliez placer votre argent, notre banque est là !

■ Qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, Jean fait deux heures de marche le dimanche.

6. En admettant que / en supposant que

L’action a peu de chances de se réaliser.

En admettant que nous travaillions jour et nuit, je doute qu’il soit possible de finir ce projet en temps voulu. (= même si nous travaillons jour et nuit, il y a peu de chances que nous arrivions à finir…)

En supposant que je puisse prendre le train de midi, je pourrai assister à la réunion de 16 heures, (mais il y a peu de chances que je puisse prendre le train de midi)

7. Si tant est que

Si tant est que exprime une condition minimale nécessaire mais peu probable.

■ Le garagiste réparera ma vieille voiture, si tant est qu’il trouve la pièce de rechange nécessaire. (= à condition qu’il puisse trouver… mais c’est peu probable)

■ Cet acteur va se marier pour la sixième fois, si tant est qu’on puisse croire tout ce que disent les journaux, (mais je doute que les journaux disent toujours la vérité)

Remarque générale sur les propositions subordonnées au subjonctif

Quand il y a deux subordonnées, la seconde est introduite par que.

■ L’éditeur acceptera mon roman à condition que je fasse quelques coupures et que je change le titre.

Proposition subordonnée au conditionnel

Au cas où

Cette conjonction est toujours suivie du conditionnel. Elle exprime une éventualité.

■ Au cas où les manifestants iraient vers l’Elysée, la police a bloqué la rue. (= si par hasard, les manifestants allaient vers I’Élysée…)

■ Au cas où tu voudrais passer le week-end avec nous, voici l’adresse de notre maison de campagne. (= si par hasard, tu voulais passer…)

■ Au cas où vous auriez déjà payé votre facture, ne tenez pas compte de cette lettre de rappel. (= si par hasard, vous avez déjà payé…)

Notez que le conditionnel est très fréquent dans la principale.

■ Au cas où la veste ne plairait pas à votre mère, nous vous l’échangerions.

III. AUTRES MOYENS D’EXPRIMER LA CONDITION ET L’HYPOTHÈSE

Préposition + intinitif

L’infinitif a le même sujet que le verbe principal mais la transformation infinitive n’est pas obligatoire.

1. À condition de

■ Vous pouvez entrer dans cette école à condition d’avoir le bac. (» à condition que vous ayez le bac)

■ On supporte bien ce médicament à condition de le prendre au cours des repas.

2. À moins de

■ On ne peut pas prendre de photos dans ce musée à moins d’avoir une autorisation spéciale. (= à moins qu’on ait une autorisation / sauf si on a une autorisation)

■ Vous ne pourrez pas transporter le blessé à moins de faire venir un hélicoptère.

Préposition+ nom

1. En cas de

■ En cas de retard de paiement, vous aurez 10 % de majoration sur votre facture. (= au cas où vous paieriez en retard…)

■ En cas d’urgence médicale, appelez le 15 !

■ On appelle les pompiers en cas d’incendie, d’inondation, d’accident, etc.

2. Avec

■ Avec un zeste de citron, ce gâteau serait meilleur. (= si on ajoutait un zeste de citron…)

■ Avec un peu de chance, on trouvera des places pour le match de ce soir.

3. Sans

■ Quelle chaleur ! Sans parasol, nous ne pourrions pas rester sur la terrasse. (= si nous n’avions pas de parasol…)

■ Sans ponctuation, un texte est incompréhensible.

4. À moins de

L’emploi de à moins de avec un nom est moins fréquent qu’avec un infinitif.

■ À moins d’une difficulté de dernière minute, les travaux seront finis le 15 septembre. (= à moins qu’il y ait une difficulté…)

Gérondif

■  Vous obtiendrez sûrement une promotion en travaillant davantage. (= si vous travaillez davantage)

■ En roulant doucement, il n’aurait jamais dérapé sur le verglas. (= s’il avait roulé doucement…)

Adjectif Participe.

La conjonction Si et le verbe être sont sous-entendus.

Seul, il ne pourra pas régler ce problème. (= s’il est seul,…)

■ Bien rénové, ce vieux bâtiment pourrait devenir un foyer pour étudiants. (= s’il était bien rénové,…

Juxtaposition

– Les deux propositions sont au conditionnel.

■ Le Président démissionnerait, il y aurait de nouvelles élections. (= si le Président démissionnait,…)

■ Tu serais arrivé plus tôt, tu aurais vu Paola, mais elle vient de partir. (= si tu étais arrivé plus tôt,…)

■ Nous aurions un fils, nous l’appellerions Stanislas. (= si nous avions un fils,…)

– La première proposition est à la forme interrogative, en tête de phrase.

Vous voulez changer d’appareil de chauffage ? Demandez-nous une documentation ! (= si vous voulez changer…)

Vous désirez essayer ce pantalon ? Il faudrait demander à une vendeuse.

Sinon

Sinon = si… ne… pas

Sinon est toujours placé après la première proposition.

■ Si tu ne te dépêches pas, tu vas être en retard !

—► Dépêche-toi, sinon tu vas être en retard

■ Baisse le son de la télévision, sinon tu vas gêner les voisins ! (= si tu ne baisses pas le son, tu vas gêner les voisins)

À propos de Nguyen Hoang Anh

Vietnamien, Father, Husband, I own and develop #Apprendre Français, founder of @Apprendre Français

Voir Aussi

Y et En (pronoms)

Y et En (pronoms)  – Ça y est, je suis en retard, je dois m’en …

Indicatif ou subjontif ?

Verbe de jugement : Indicatif ou subjontif ? – Il semble que ce soit demain que les …

Un commentaire

  1. I’ve been reading along for a while now. I just wanted to drop you a comment to say keep up the good work.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *